C.L.E.A (Contrat Local d’Education Artistique)

COMMUNES DE LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION DE CAMBRAI

En association avec le Service Ville d’Art et d’Histoire, la Médiathèque d’Agglomération, le Musée de Cambrai et les Scènes du Haut-Escaut, la Communauté d’Agglomération de Cambrai s’engage dans le Contrat Local d’Éducation Artistique (CLEA) afin de développer l’éducation artistique sur le territoire de la CAC pour une durée de 3 ans. Cette année, le CLEA accueille trois artistes en résidence du 15 février au 31 mai : Sandrine Gniady la conteuse, le collectif urbain Karakol et Jonathan Sitthiphonh, sculpteur.


Collectif Karakol : Karakol est une plate-forme de création à géométrie variable réunissant diverses artistes. Leurs savoirs-faire se croisent et se décroisent, se tissent s’entremêlent au fil des projets. L’équipe de Karakol partage un goût commun pour l’espace public, et sa perturbation pour raconter l’espace, l’inventer, l’embellir, le transformer. Aline Gayou, paysagiste DPLG-illustratrice et Camille Cornille, architecte qui représentent le collectif dans le cadre du Cléa, travailleront sur la manière de penser l’espace public, cela passera par le vivre ensemble et les actes de spontanéité urbaine.


Sandrine Gniady, conteuse : Archéologue de formation puis enseignante, Sandrine s’est formée aux Arts de la Parole et s'est métamorphosée en… conteuse ! Même si elle s'adresse à tous les publics, du bébé en crèche au vieux sage de plus de 100 ans, Sandrine revendique le fait que les contes sont aussi pour les adultes. Contes traditionnels, mythologie ou légendes nordiques, nouvelles, facéties ou histoires insensées, Sandrine conte comme elle respire. Cette virtuose des mots a le don vous emporter avec elle, la-haut, dans son monde imaginaire !


Jonathan Sitthiphonh, sculpteur : Jonathan Sitthiphonh, artiste sculpteur, élabore à partir de matériaux de récupération, des mécanismes simples qu’il met en application dans des machines insolites. Ses recherches portant sur les mécanismes du mouvement et les interactions possibles entre l’utilisateur et l’appareil, il met en place des dispositifs qui viennent se greffer sur le corps, tels une prothèse qui viendrait prolonger un membre. C’est une réflexion sur comment s’améliorer, augmenter ses capacités physiques. Et qu'importe si cela ne fonctionne pas, c'est le processus de création qui compte !

 


Actualités et gestes artistiques

Karakol

Sandrine Gniady

Jonathan Sitthiphonh