Journal de bord - Caroline Sire

"Le XXIème siècle

Ere du paganisme high-tech

Progrès forcené, télévision et argent gouvernent, détruisent le monde

L'homme de ce XXIème siècle pousse à la lumière crue des rationalités

Coupé de la terre, coupé du ciel – corruption, rupture

Il vit dans l'illusion qu'il va finir par réussir à se substituer au pouvoir créateur divin, qu'il va percer le mystère de la Vie.

 
Homme fou, homme hors sol

Homme qui souille, détruit, irradie, anéantit la terre

Désastre d'un temps où les arbres, les animaux, les hommes mêmes, ne sont plus des « puissances » mais des ressources, des stocks, des marchandises ou des objets d'étude.

 
L'idéal chevaleresque a disparu dans le fracas des grandes guerres du XXème siècle

Dans le vacarme des automobiles

Dans le rugissement des mirages

Dans la brillance des écrans de télévision

Dans la virtualité d'internet

 

Pourtant...

Pourtant l'époque de la chevalerie était aussi brutale et sans pitié, aussi lyrique et incandescente que la nôtre!

L'homme hors sol tâtonne...

Parfois il meurt de s'enfermer dans des certitudes: celles des églises constituées, celles des discours manipulateurs des marchands

Ou bien il erre, toujours dans la quête inquiète et aléatoire de nouveaux modes d'être à lui-même et au monde

Graal Fiction

 
Les mythes sont tels des passerelles tendues sur le vide

Passage possible hors de la nuit définitive qui nous guette: Apocalypse

 
Les paroles anciennes sont telles les ombres incertaines, enfermées dans le silence des livres

Flottant autour de nous tels des bois de mer sur la grève au reflux de la marée,

Nous laissant libres d'inventer les chemins nécessaires pour tenir debout dans la tempête...

 
Que le fil ténu qui nous relie encore à notre ancienne humanité se rompe

Et il en sera fini pour de bon d'un temps où dieux, démons, hommes, animaux et peuple de Féérie dormaient dans le même lit du monde

Le mythe reste notre seule promesse de ré-enchanter ce monde

 

Le Conteur, lui, n'a que des mots, des images à lever

Sa parole coule, s'écoule, s'égare, se déroule, se casse, se murmure, se crie, se hurle, se chuchote

C'est ainsi qu'il travaille à garder les passages ouverts

Après... que chacun aille là où il veut... comme il veut..."
 
ALAIN LE GOFF