Claire Glorieux

Grâce à une formation à l'art classique, plastique et contemporain, Claire anime des ateliers artistiques depuis 2002 et expose son travail en France, en Espagne ou même en Allemagne depuis 2008. Après de nombreux voyages et résidences d'artistes, c'est maintenant à Cambrai qu'elle s'établit pour quelques mois afin de partager son travail et sa démarche artistique avec les jeunes cambrésiens.

 

Avec différents supports tels que la vidéo, la photographie, les livres et  les installations,

elle travaille sur le langage sous toutes ses formes et toutes les langues pour retransmettre sa vision.

 

« Des travaux de Claire Glorieux, qui ont recours le plus souvent à l’image et au son, se dégage une problématique qui a trait au langage. Cette dernière ne suit pas la voie tracée par la réflexion conceptuelle sur l’art, mais la prend comme à revers puisqu’elle se consacre à la dimension parlée de la langue, ou plutôt des langues, et interroge les limites de la parole, qu’elles soient liées à l’incompréhension, à la pathologie, au déficit ou au jeu. Le facteur humain est essentiel dans la démarche de cette artiste ; rapporté au langage, il explique pourquoi le son, à savoir la voix et l’expression, y occupent une place centrale. »
Christophe Kihm, critique et commissaire d’exposition

 « Claire, quels étranges chemins il vous a fallu faire. Ces chemins sont allés des Beaux-Arts à la rencontre de personnes autistes, de la musique à la photographie, du Vietnam au Fresnoy – Studio national des arts contemporains. Vos œuvres en portent des traces explicites ou indirectes, tandis que vous inventiez pour

vous-même méthodes et expériences, moyens et dispositifs :des livres, des vidéos, des maquettes, des enregistrements sonores, des films d’animation, des photos, des dessins – les vôtres et ceux des autres –, des installations mixtes, des enquêtes, des jeux. Certains artistes explorent les territoires de la peur, ou du désir, ou de la couleur, vous vous êtes trouvée explorant ceux du langage. Ce sont des territoires où ne manquent ni peur, ni désir, ni couleurs. »
Jean-Michel Frodon, critique cinéma


Découvrez les œuvres de Claire Glorieux sur son site